Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Switch off light.


Imagine.
Thirsty for blood. Aching for perfection. Longing for truth. Dying for love. Hungry for revange. Time to come clean.

Par ici !

Previously on Switch off Light
Janvier 2007 : 13 articles
Mercredi 24 Janvier 2007
Mordue à vif.
Elle . Ou comment la curiosité peut vous pousser à bout . A bout de tout . Je voudrais lui crier la vérité pour lui montrer à qui elle a affaire . C'était encore une erreur que de chercher à savoir qui elle était . Ou pourquoi elle . Je préfererais qu'elle fabule plutôt qu'il me mente. Et même si c'est de la naïveté, je le croirais lui. Toujours. En attendant, je voudrais lui faire ravaler son sourire et sa fierté . Comme à chaque fois . Je vais finir par dédoubler ma personalité . C'est si simple . Noir . Blanc . Un peu comme une chemise que l'on revet . Elle est là . Noir . Elle est partit . Blanc . Tout n'a jamais été blanc .  Mais rien n'a jamais été aussi noir que lorsqu'elle était là . Mais j'ai cette force qui me pousse à vouloir savoir . Il m'en voudrait s'il l'apprenait . Je ne suis pas paranoïaque . Je n'ai pas confiance en moi .



Je dois apprendre à pleurer . Vite et bien . Ce doit être de grosses larmes rondes glissant sur mes joues encore pleines de sable . Pour l'instant, je fais semblant, je ne voudrais pas ne plus pouvoir m'arrèter, alors qu'une autre scène commence .

Je ne veux plus expliquer pourquoi nous ne sommes plus soudés . Que ce soit avec lui . Lui qui me souriait toujours de ses grands yeux bleux qui me manquent encore .  Un peu . Ou avec elle . Elle qui ne quitte plus ses bras . Elle me manque elle aussi . Nos rires, nos chansons, nos surnoms ... Mais je ne suis pas comme ils le prétendent . Et je ne veux pas alterer la vision que l'on peut avoir d'eux .

J'ai encore deux demandes à leur faire . Février . Et l'été . Pourrie . Gatée . Capricieuse . Si c'est pour qu'ils me disent oui .

 
Ecrit par Ignominie, à 12:17 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 3 commentaires


Lundi 22 Janvier 2007
Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage.



Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
Et la mer est amère, et l'amour est amer,
L'on s'abime en l'amour aussi bien qu'en la mer,
Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux, qu'il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

Pierre De Marbeuf.



Et je t'aime toujours plus.
Ecrit par Ignominie, à 22:59 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 2 commentaires


Lundi 15 Janvier 2007
Where is the killer.



C'est ce qu'on pourrait appeler un virage. A chaque virage vous attend la mort. C'est bien connu. On devrait ralentir. Réflechir avant d'agir, puisque lorsque l'on fait confiance, on s'en prend les revers de plaine face. Et qu'est ce que je peux en avoir ma claque d'entendre qu'elle a encore dit que j'étais quelqu'un de mauvais, une mauvaise fille, une pute, alors que j'n'ai rien fait pour le mériter. Ce qu'elle me donne comme titre m'est inconu. Je leur en ai parlé puisque j'avais aucune raison d'avoir honte de moi. Et ils réussissent à en trouver, je ne sais où. Et je ne sais plus que faire, que dire, où aller. Le crier haut et fort, le revendiquer ou le nier de bloc. Je n'veux plus rester là. Je vais finir par hurler de me laisser en paix.
Je crois qu'ils parlent dans la chambre à coté. De moi sans doute, puisque je reste l'un de leur sujet principal. Je pressens que maman vient de lui annoncer la nouvelle. Ce n'est pas finit, la page n'est pas tournée, elle veut le revoir. Et aujourd'hui, ça fait 10 mois que je le connais. Et aujourd'hui, ça fait 10 mois que je l'aime.

Within Temptation - The Howling.
Ecrit par Ignominie, à 23:50 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 0 commentaires


Vendredi 12 Janvier 2007
1.Quel est le premier mot qui vous passe par la tête commençant par la lettre A et se terminant par E ?

Arrivage.

2.Quel est la deuxième couleur que vous voyez lorsque vous regardez à gauche de votre écran, en fermant l'œil droit ? Imaginez la première ligne d'un début de roman avec cette couleur (une phrase seulement)

Le ciel d'un bleu céruléain où les étoiles n'allaient pas tarder à apparaître veillait encore un peu sur les amants avant que la lune ne s'accapare leur histoire.

3.Selon vous que signifie "accroupouner la dentelle pour lorgner à rebours" ?

Regarder quelqu'un à travers une fenêtre.

4.Prenez votre signe zodiacal, la marque de votre ordinateur et votre couleur d'yeux. ça donnerait quel type de conseil pour un marin qui s'en irait faire le tour du monde ?

Lion, Dell, Pairs.

Il serait sage de faire attention aux lions monstrueux que vous pourriez rencontrer si vous échouez sur une île déserte dans l'archipel de Dell. Voyagez toujours par pairs. Il en va de votre survie.

5.Vous vous trouvez au restaurant. Le serveur (la serveuse), épaté(e) par votre allure, vous demande de commander ce que vous voulez.. le tout gratuitement ! Quelle commande irréalisable passez-vous ?

Bonsoir, je voudrais un pouvoir magique s'il vous plait.

6.Que dire à un type qui chavire d'amour en regardant l'horizon ?

Ne plonge pas, tu t'y noierais..

7.Imaginez une description détaillée à la Flaubert (c'est à dire avec de nombreux détails) d'un vêtement que vous portez à l'instant ou d'un objet qui se trouverait à portée de main.

Il a beaucoup vécu. Délavé, il a perdu ses motifs, servant tour à tour d'essui mains, serpillère, housse de couette et doudou. Aujourd'hui, il n'est plus que blanc, disparus les écureuils qui le décoraient, on peut voir à travers. Il a toujours était doux et bordé de froufrous parfaits pour les caresses d'enfants. Il sent encore bon la maison.

8.Si l'on vous donne trois tomates, du sel, de la crème , du comté, du vin blanc de Savoie, des oignons et du jambon de Parme, quelle petit plat préparez-vous pour un repas impromptu ?

Il manquerait peut être de la pate pour faire une pizza ou une quiche. Si je fais une salade, j'enlève le comté. Les oignons, je n'aime ça que s'ils sont cuits. Et le vin blanc de Savoir me rappelle horriblement la fondue savoyarde. Hors, je détèste la fondue. Conclusion, j'achète des pâtes. Rien de mieux pour un repas impromptu.

9.Citez le dernier livre que vous avez lu et le dernier film que vous avez vu, en mêlant les mots de façon à produire deux titres originaux.

Journal d'un préjugé.

10.De quelle couleur devrait être la prochaine déclaration d'impôt ?

Rouge de sang.

11.Quelle musique entendez-vous en ce moment ? (ou aimeriez-vous entendre)

Tu respires - Superbus.



Ecrit par Ignominie, à 17:15 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 0 commentaires


Jeudi 11 Janvier 2007
C'est pas comme ça.


Il y a des jours ou vous ètes heureux et triste à la fois . Heureux de votre situation nouvelle . Triste de la leur . Je ne suis pas triste pour tout le monde . Elle, son malheur à fait mon bonheur . J'ai gagné . Tant pis pour elle . Je n'ai aucune pitié . Pas pour elle en tout cas . Naïveté . Mais j'avais Madame Capourraitêtrepire de mon coté . Voilà où était la diff' . Les merci me semblent trop simpliste . Je voudrais lui rendre la pareil . J'essayerais donc d'éduquer celui qui la suit . Pour qu'à partir de maintenant . Il garde les mains dans ses poches . Et qu'il ne la fasse plus retenir ses larmes . Cap . (L)
Je l'aime toujours plus quant à lui . Je ne veux plus qu'il joue . Il aime quand je suis autoritaire . Je lui ordonne alors de ne plus jamais me faire ça . Le train se rapproche . Peut être un peu plus d'un mois avant de le re-voir . Joie .
Je pleure toujours pour eux . J'n'imagine pas leur diner de ce soir . Une chaise sera définitivement vide . Une place à était définitivement désertée . Boys don't cry ? J'vous affirme que c'est faux . Tout le monde pleurait il y a 13h .
Il y a des hauts et des bas . Même si ça pourrait être pire .

Ecrit par Ignominie, à 23:44 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 0 commentaires


Lundi 08 Janvier 2007
RIP.
L'impression que sur chaque photo de famille, quelqu'un va tomber. Les jeunes avant les vieux. De toute façon on crévera tous n'est ce pas. Mais pourquoi elle ? Pourquoi lui ? Si Dieu existe, pourquoi est ce qu'il enlève sa mère à une gamine de 16 ans, oui, une gamine, parce que sans sa mère, qu'est ce qu'elle pourrait être d'autre. J'veux pas comprendre pourquoi elle doit partir avant d'autre. Le téléphone sonne. Dans les deux prochains jours, je dois m'attendre à l'appel fatidique. Et je devrais me rendre, habillée en noir, à une céremonie religieuse, lorsque je n'y crois casiment plus. Et pleurer pour quelque chose de finit. Et je devrais la regarder dans les yeux et lui dire courage. Mais quelle vie de merde ! C'est vrai, ce n'est pas ma mère, mais c'est la sienne. La dernière image que j'ai d'elle : Souriante et en bonne santée. En pleine forme même. Entrain de danser sur de la musique pourrie. Mais j'arrive pas à accepter. J'veux pas accepter ! Et le prochain sur la liste, ce sera qui ?! Ma soeur ? La leur ? Pourquoi est ce que, si vraiment il existe, il l'empèche de voir ses filles se marrier, d'être grand mère, de vivre jusqu'à la fin qu'elle devrait avoir ! Le sentiment que l'ange de la mort se rapproche d'elle de plus en plus. Qu'elle aura le droit à sa maladie barbare elle aussi. Elle a peur, et j'ai peur pour elle. La mort est un personage cruel. Et le rocher inébranlable s'effrite. Ce n'est plus le long sommeil sans rêve dont on nous parlait étant enfants.



...
Ecrit par Ignominie, à 18:01 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 2 commentaires


Dimanche 07 Janvier 2007
He.
Je voudrais le haïr de jouer ainsi. Je t'aime ! Moi non plus ! Voilà ce que c'est devenu ! Je voudrais pouvoir vivre ma vie moi aussi, et passer le temps, mais je me dégouterais d'embrasser quelqu'un d'autre et je devrais resister à l'envie de frapper celui qui me toucherait. Et 10 jours après m'avoir dit pour la dernière fois "Je t'aime encore." et même pas une semaine après m'avoir dit que tu ne voulais personne pour l'instant, qu'elles étaient toutes idiotes et sans importance, voilà qu'il a trouvé quelqu'un pour le réchauffer. Manque d'affection, telle est l'explication. Et je suis absolument incapable de le détester ! De l'ignorer ou de m'en fouttre ! Je repense à ses promesses, ses mots d'amour en toc ! Et je m'en veux de ne pas pouvoir faire la même chose. Parce que je me souillerais au point de ne plus pouvoir me regarder. Je me traïrais. Et je répond bien sûr quand on me demande si ca va, et j'ai les yeux qui brulent plus que jamais. Je me mors les doigts en esperant avoir moins mal. Et il vient vider son sac pour se donner bonne consciance. Mais non, il ne sait pas à quel point il me fait mal. A quel point encore une fois j'ai été naïve de le croire lorsqu'il disait qu'il ne voulait personne d'autre. J'voudrais lui faire du mal ! Je tremble, j'ai froid et je tremble, je ne contrôle plus mes mains, mes genoux qui frappent l'un contre l'autre, mes lèvres ou mes yeux.
Et les images que j'ai dans la tête ... Emilie ... Elle s'appelle Emilie . Il a mis une majuscule à son prénom. Il n'en mettait pas avant. Sait elle que j'suis une véritable garce ? Sait elle que j'étais sencée être la femme de sa vie ? Sait elle a quoi elle joue et dans quoi elle s'engage ? Le problème, c'est qu'elle a gagné ...
Tout ce qui se rapporterait de près ou de loin au cinquième élément me fait partir en courant. Alors la bande original, n'en parlons même pas. Même en cherchant, je ne trouverais pas quelqu'un pour qui j'éprouve de l'affection, qui serait capable de me faire sourire durant le temps qui passe. L'occuper . A peine .
J'n'ai pas le droit de t'en vouloir ... On attend chacun à notre manière . Ta façon est simplement plus propice aux changements de décisions.

You're all I want, You're all I need, You're everything.
Ecrit par Ignominie, à 00:02 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 1 commentaires


Samedi 06 Janvier 2007
I need a Hero.
Frou frou - Holding out for a Hero.

J
e n'ai toujours pas vomis . Il ne m'a pas reparlé . J'ai comencé à travailler . Un peu . J'ai vu Ank . Un peu aussi . J'ai eu un sacré coup de blues en rentrant . Je me sentais lourde . Lourde de toute cette bouffe grasse ingurgitée sans respirer . Le but ? Aucun si ce n'est manger pour manger . Un peu comme si mon poids été maintenant la seule chose que je pouvais contrôler . Et pourtant . Je ne grossis pas . Je ne maigris pas non plus . Je stagne . Je stagne dans tout ce que je fais . Mon morale stagne . Pas de plus . Quelques moins pourtant . J'avais dit que j'irais courir . Histoire de m'oublier quelque part . Je ne l'ai pas fait . J'ai tout juste marché . Les gens que l'on croise ne nous regardent pas . Ils avancent en fixant le sol . Leur main . Un seul regard vers vous et ils se détournent aussitôt . Ils accelèrent le mouvement . Où vont - ils ? A quoi pensent - ils ? Essayent - ils d'échaper à quelque chose eux aussi ? Est ce qu'ils ont peur ? Est ce qu'ils sont seuls ? Est ce que quelqu'un les attend quelque part ? Ou bien est ce qu'ils errent sans but ? Ils ne le savent peut être pas eux non plus .



Je devrais me sentir libre au moins. Et pourtant ce n'est pas le cas ! Je me sens comme ratachée à lui, attendant qu'il se décide à faire un pas vers moi. Prisonière de quelque chose. Mais de quoi . Le destin, je ne sais pas si j'y crois, un fil conducteur nous dirigeant vers ce-ux- pour qu-o-i nous sommes étudiés. Mais qui décide ? Lui, moi, ou quelqu'un, ailleurs ? Je déteste tellement le fait de devoir retourner au lycée, tout en l'attendant. Je méprise les lieux et ce qu'on y fait . Je haïs les gens qui se retournent sur votre passage et qui murmurent sans attendre que vous ayez le dos tourner .
Ecrit par Ignominie, à 13:59 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 3 commentaires


Mercredi 03 Janvier 2007
Feu. Partez.
Je recomance à n'attendre plus que lui. Je me renferme à nouveau, tout en sachant que maintenant, je suis seule. Les sensations étranges au fond de mon ventre reprennent de plus belle. Et elles ne sont guère agréables. J'ai l'envie permanante de vomir. Pourquoi est ce que ça me tue tant ?! On ne se remettra pas ensemble tant qu'on ne pourra pas se voir. Mais le jour où je serais enfin libre, il ne sera plus là, il ne m'aura pas sagement attendu. La solution ? Partir, comme une grande, sans permission aucune, sans réponse aucune, partir et advienne que pourra. Partir sans réponse. Mais est ce que je pourrais revenir ? Pourquoi est ce que je n'ai pas les couilles de vivre pour moi ? Le manque de volonté ? De courage ? Je suis incapable d'aller au bout des choses ! Je ne peux pas aller contre eux ! Je voudrais arriver là bas, en claquant des doigts. Je suis incapable de me débrouiller seule. Ca avait commencé à passer, mais c'est toujours pareil, il a fallut que je replonge, que je me remette à pleurer et qu'à nouveau je sois faible.



On nous répète de profiter du temps qui nous est impartit, mais qu'est ce qu'on nous offre pour ce faire ? Nos tripes et nos têtes. Sans pouvoir bouger. J'ai un besoin oppressant de le voir maintenant, une dernière fois avant qu'il ne m'accorde plus rien. Parce qu'il m'aime encore ! Je le sais ! Encore un peu. Il se balance dans l'alcool et les drogues. Je me comprime dans mes sanglots pitoyables et dans mes appitoiements minables. Je dors mal. Je dors peu. Je repense, surtout. Et lorsque je pense, c'est à lui. C'est à Nous. Demain, je sortirais, peut être. Maman reprend le travail. J'irais marcher pour m'aérer l'esprit. Et si j'en ai le courage, j'irais jusqu'à la gare, je demanderais les horraires des bus pour Poitiers, puis je prendrais des billets pour le lendemain. Et une fois arrivée la bas, je demandrais sa rue, et je m'assierais sur le trotoire, devant chez lui. Parce qu'il est la plus belle chose qui me soit arrivée, et que ca se termine toujours trop tôt. Et que me faire baiser par n'importe qui ne l'effacera pas. Je me souillerais seulement.

Eternal Sunshine of the Spotless Mind.
Ecrit par Ignominie, à 23:01 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 4 commentaires


Cruel intentions.


This love.

"Je m'effondre. Place Vendôme à 7h du matin.Une fille à genoux qui mort sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d'un cri. Je crie la fin d'un rêve, je crie la fin du monde. Je crie la fin de l'homme que j'aime et qui s'est planté comme un con, en sortant de boite, dans sa caisse à cinq cent mille balles qui n'a même pas été foutue de le préserver. Mort sur le coup. Mort. Je crie l'atroce réalité de cette vie de merde qui donne, et qui reprend. Je crie ce qu'on a vécu, ce qu'on aurait pu vivre encore. Je crie ce qu'il est. Etait. Ce qu'il aurait pu devenir. Je crie ma détresse, ma douleur, mon amour, mon amour, mon amour ...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir."

Lolite Pille - Hell.
Ecrit par Ignominie, à 21:47 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 2 commentaires


Mardi 02 Janvier 2007
The story continues.
Rah la vache, ce que je peux avoir envie de lui parler ... Ce que je peux avoir envie de lui dire que je l'aime encore, de lui demander de revenir ... Il est là et si inabordable, tellement inaccessible ! J'ai pas le droit de me racrocher à lui comme avant ... On chasse une dépendance par une autre soit disant. Et dire qu'il aurait du être avec moi en ce moment ! Après 2 mois d'attente, c'était aujourd'hui qu'on devait se retrouver ! Et à la place, je lui suis indifférente. Je leur en voudrais sans doute toujours de m'avoir dit non, et ainsi de me refuser le futur auquel je rêvais. Il m'a abandoné par leur faute et non parce qu'il ne m'aimait plus. Est ce qu'il se sent seul aujourd'hui ? Est ce qu'il éprouve ne serait ce qu'un manque ? Ou bien est ce qu'il a déjà tout comblé depuis le dernier jour ? Comment s'appellera celle que je voudrais détruire de m'avoir voler ?

Memoirs of a geisha - Sayuri.


Quand à Eux, pas plus de nouvelles que nécessaires, peut être trop même. J'voudrais leur vomir dessus cette sentimentalité à 2 balles 50 dont ils font preuve ! Un amour digne de gamins de 5 ans. Oui, voilà ce que je pense de votre couple. Après tout, je vous ai laissé penser ce que vous vouliez du mien, même que j'étais une fille facile. Ce que je ne vous pardonne pas, c'est non seulement de ne pas m'avoir consolée, mais en plus de m'avoir fait pleurer. Sous vos yeux, non pas ébahis et je m'en tape, je me suis allongée sur le canapé, j'ai enfouit mon visage dans la couverture et j'ai pleuré en silence ! Elle seule à sentit les sanglots qui parcouraient mon corps ! Et je devrais vous comprendre et être désolée pour vous parce que vous n'allez pas vous voir durant 3 jours ?! Si ça ce n'est pas du foutage de gueule, de l'irrespect et de l'égoïsme ... Alors allez creuvez en couple loin de moi ! Vous et votre amour baveux ! Je prie pour qu'une fois que vous aurez baisé, vous soyez moins niais.

Est ce qu'il aurait exausé mes prières ? Est ce qu'il aurait entendu ce besoin que j'avais de lui ? Comment est ce qu'un simple bonsoir peut il vous faire tordre le ventre et sourire comme depuis longtemps déjà, vous n'aviez pas sourit ? Comment est ce qu'il peut vous faire pleurer de ... joie ? Suis je donc encore la femme qui te ferais plaisir ? Attends moi encore ...


Ecrit par Ignominie, à 22:42 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 2 commentaires


I still love you.
Little Light of love - Le 5e élément.


Lorsque j'écoute cette chanson, je revois les dernières images du film, si particulier à ses yeux, et donc aux miens. A nouveau je sens son coeur battre contre ma poitrine, et ses mains sur mes hanches. Je sens son parfum, et je me revois l'embrasser dans le coup, puis le mordre, puis l'embrasser encore. J'ai l'impression que je suis encore allongée sur lui, dans le prolongement de son corps, dans le noir de la pièce. Mes mains étaient sur son torse ou sur son ventre, je caressais sa peau laiteuse et douce, je le sentais frissonner de mes doigts froids. Jusqu'à ce qu'il m'embrasse, jusqu'à ce qu'il capture mes lèvres, les caressant des siennes, et de sa langue, pour la première fois, qu'on rouvre les yeux, le souffle court, et que nos corps basculent. La chanson ne prenait pas fin dans nos têtes tandis qu'il m'embrassait mieux encore. J'y mettais toute la passion et l'amour dont je suis capable, et il les buvait avec envie, je le sentais dans son souffle, chaud et saccadé, contre mon visage. Ses mains sur ma poitrine, il avançait doucement. J'enlève moi même mon tee shirt pour profiter plus encore de sa chaleur. Mes mains glissant tour à tour sous sa chemise, dans son dos, dans son pantalon, sur ses fesses. J'ai l'impression de goûter sa langue sucrée encore maintenant, que je suis toujours serrée contre lui, m'abandonnant complètement dans ses bras. On basculait toujours plus. Je me cambrais sous ses baisers, mes doigts glissant dans ses cheveux. Et puis je me met à confondre, cela c'est il passé ce jour là, ou le lendemain ? Je n'ai plus la sensation de ses doigts courant sur mon ventre nu. Tout est finit. Vraiment même. C'est lui qui l'a dit.
Aujourd'hui, il s'agit de ne pas pleurer lorsqu'on écoute cette chanson. Nous avions dit Bittersweet Symphony, ça aura été Little light of Love. Il faudra ne pas oublier malgré le fait de devoir passer à autre chose. Je ne veux pas oublier. Je veux chérir ce qu'il m'a offert. Mais je n'ai plus le droit de l'aimer. Et c'est d'autant plus dur.
Le pire dans tout ça ? C'est qu'il l'écoute en boucle lui aussi.


Ecrit par Ignominie, à 19:53 dans la rubrique "Toi alors.".
Lien permanent 2 commentaires


Accéder aux archives...


Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom